Film d’art

sur Espace Libre

Espace Libre c’est aussi un lieu, un théâtre à l’architecture unique devenu un phare pour la création montréalaise.

Après deux ans de rénovations, nous avons eu envie d’accorder le premier rôle à ce joyau architectural et de vous dévoiler quelques-uns de ses secrets les mieux gardés. À travers le prisme de la lumière naturelle qui éclaire la bâtisse et s’insinue entre ses murs, et celle, artificielle, des projecteurs qui révèlent notre salle et ses multiples possibilités, vous êtes convié.e.s à découvrir Espace Libre comme jamais vous ne l’avez vu !

PRODUCTION : Espace Libre
IDÉATION : Geoffrey Gaquère et Joana Neto Costa
RÉALISATION : Jérémie Battaglia
DIRECTION PHOTO : Jérôme Sabourin
MISE EN LUMIÈRE : Cédric Delorme-Bouchard
MUSIQUE : Nicolas Basque
TECHNIQUE : Étienne Marquis, Sarah Laval

Galerie d’images

Vidéo : Jérémie Battaglia, 2021
Photos : Martin Benoit, 2021

L’architecture

du théâtre

Construite en 1903, la caserne nº 19 est l’œuvre de l’architecte Louis-Roch Montbriand. La caserne arborait, comme plusieurs édifices institutionnels montréalais de l’époque, un style d’inspiration Beaux-Arts : une façade à plusieurs colonnades; de nombreuses portes et éléments décoratifs. Espace Libre fondé en 1979 y réside depuis 1981. Durant l’année 2001 commencèrent les travaux de démolition et de reconstruction d’Espace Libre. Ces travaux furent entrepris sous la supervision de l’architecte Michel Lapointe, de la firme Lapointe, Magne et associés, de Montréal. Dans un effort de conservation, Michel Lapointe et son équipe ont préservé quelques structures extérieures d’origine (façade, mur est, et tour de séchage des tuyaux) afin d’intégrer la nouvelle structure, dite moderne, aux éléments marquants de l’édifice d’origine. La façade s’est donc vu superposer un étage supérieur, qui, par l’utilisation d’une surface vitrée, ne nuit pas au caractère historique de celle-ci; et ce, sans pour autant nier l’apparence fortement contemporaine et moderne que suggère maintenant ce nouveau visage. Le côté est du théâtre témoigne lui aussi des efforts des architectes à affirmer le caractère expressif de ce bâtiment. De l’extérieur, en plein jour, cette surface de verre se déploie dans une rythmique où les verticales se superposent les unes sur les autres, telles les faces déployées d’un éventail ouvert qui reflète la lumière du soleil, et c’est lorsque la nuit tombe, que l’éclairage intérieur laisse apparaître les aires de circulations qui se cache derrière ce parement de verre et qui se découpe tel un spectacle d’ombres chinoises sur la surface vitrée. C’est donc par la simplicité des formes et l’utilisation de lignes épurées que les architectes ont rendu possible la rencontre de deux époques dans un édifice qui allie fonctionnalité et expressivité; résultat d’un effort marqué par le respect des acquis du passé, et la volonté de redéfinir l’acte de création actuel. D’une capacité de 180 places, la salle est conçue de manière que sa configuration géométrique puisse être modifiée au gré des productions, et possède donc deux entrées possibles pour le public. De 2019 à 2021, c’est la firme Chevalier Morales architectes qui a effectué les travaux de maintien des actifs ayant pour objectifs la préservation et la mise aux normes de ce lieu unique.