Historique

Situé à Montréal, au centre des quartiers populaires Sainte-Marie et Saint‐Jacques, Espace Libre a élu domicile sur la rue Fullum, dans une ancienne caserne de pompiers située à deux pas du pont Jacques-Cartier. Cet édifice où, jadis, on garait les camions qui servaient à éteindre les incendies est devenu un brasier pour la création théâtrale. Depuis 1979, Espace Libre est un lieu de création et de diffusion axé sur des spectacles qui interrogent et provoquent la pratique du théâtre. Sa mission est de soutenir des prises de paroles audacieuses tant sur l’art que sur le monde, de favoriser l’expérimentation, la recherche, le dialogue interculturel, et de toujours proposer au public des aventures théâtrales où le plaisir s’accorde avec la performance.

En plus de présenter des créations, Espace Libre propose au public des aventures ludiques dans un lieu hors normes. Quand il vient y voir un spectacle, la salle n’est jamais la même, les gradins changent de place ou disparaissent, donnant chaque fois au spectateur l’impression d’entrer dans un nouveau théâtre. C’est ça aussi Espace Libre : un joyau patrimonial récompensé par de nombreux prix d’architecture qui, chaque jour, met de la beauté au cœur d’un quartier sensible de Montréal ; un pôle incontournable qui, avec plus de 400 spectacles à son actif, marque le paysage culturel depuis plus de 35 ans ; une maison où ses artistes résidents ou invités mobilisent force et énergie pour que l’on parle de ce théâtre en ces termes : « un show comme ça, on peut voir ça qu’à Espace Libre ! »

FONDATION

1979 _ Trois troupes de théâtre, le Nouveau Théâtre Expérimental, Omnibus et Carbone 14, s'associent pour vivre en un même lieu et établissent les règles de leur cohabitation. Communément désignées comme troupes de recherche, c'est-à-dire travaillant chacune dans sa voie au renouvellement de l'art théâtral et à la création d'œuvres inédites, ces troupes se sont mutuellement choisies par effet de cousinage artistique. Ensemble, elles fondent Espace Libre et font l'acquisition de l'ancienne caserne no.19. Première tâche : transformer ce poste de pompiers désaffecté en lieu théâtral. Les huit membres fondateurs, Jean Asselin, Denise Boulanger, Robert Claing, Danielle de Fontenay, Robert Gravel, Gilles Maheu, Anne-Marie Provencher et Jean-Pierre Ronfard, mettent tous la main à la pâte.
 

INAUGURATION

1981 _ À la suite des travaux de rénovation, on assiste, en novembre, à l'ouverture d'Espace Libre avec la création des pièces IV et V de la saga Vie et mort du Roi Boiteux de Jean-Pierre Ronfard. Se succèdent ensuite, sans interruption, des créations et des événements qui font de ce théâtre un des points chauds de la vie artistique à Montréal. Y ont été créés, entre autres, Le Rail, Marat-Sade, Hamlet-Machine et Le Dortoir par Carbone 14, Alice, Le cycle des Rois, Le précepteur et Célestine par Omnibus, Le grand théâtre du monde, Durocher le milliardaire, Il n'y a plus rien et Tête à Tête par le Nouveau Théâtre Expérimental. Dès les débuts, le théâtre diffuse des spectacles de compagnies extérieures à la maison : on y voit les spectacles de Daniel Léveillé et Ginette Laurin, Pauline Vaillancourt, Charles-Mathieu Brunelle, Recto-Verso... Pionnier en la matière, Espace Libre reçoit même des productions étrangères dans le cadre de la manifestation Théâtre d'Ailleurs : le célèbre Bread and Puppet, mais aussi, de Belgique, Plank et le premier spectacle de Needcompany de Jan Lauwers ; Entracte, d'Australie ; Tenkei Gejiko, du Japon ; Ismael Ivo, d'Allemagne ; The Open Stage Obala, de Yougoslavie...
 

CRÉATION DU VOLET ACCUEIL

1994 _ Carbone 14, en raison de ses aspirations, quitte Espace Libre pour fonder et animer l'Usine C. Le NTE et Omnibus, qui restent seules à la barre d'Espace Libre, conçoivent un volet Accueil afin d'animer pleinement leur lieu théâtral. Par ce volet, Espace Libre invite des compagnies de création et des artistes à se greffer à sa programmation. Notre politique est de soutenir des choix esthétiques radicaux, des prises de paroles audacieuses tant sur l’art que sur le monde, de favoriser l'expérimentation et la recherche, le séjour plutôt que le passage, le choc artistique plutôt que la confirmation de valeurs reconnues. Parmi les spectacles accueillis, nommons les créations du Pont Bridge de Carole Nadeau, de Pol Pelletier, des Éternels Pigistes, d'Ondinnok, des 20 jours du Théâtre à risque et du Festival de Théâtre des Amériques (devenu aujourd'hui le Festival Transamériques)... Très vite le volet Accueil devient une respiration indispensable aussi bien pour Espace Libre que pour le théâtre de création à Montréal. En 1999, un poste de direction artistique est créé ; jusqu'en 2002, Diane Dubeau sera la première a en assumer les fonctions.
 

LE GRAND CHANTIER

2001 _ Après vingt ans d'activités intenses où pas moins de 200 productions voient le jour ou séjournent entre ses murs, Espace Libre doit maintenant se doter d'espace et d'équipements mieux appropriés à son développement. En juin 2001, le théâtre ferme temporairement ses portes et devient chantier. Transformé et remodelé avec sensibilité, justesse et brio par l'architecte Michel Lapointe, le nouvel Espace Libre ouvre ses portes en septembre 2002 avec le spectacle d'Alexis Martin et Jean-Pierre Ronfard, Parade du temps qui passePlus que jamais, Espace Libre s'affiche comme lieu de création, d'essai et de laboratoire, comme théâtre où l'audace, le risque, l'aventure et le plaisir sont au programme.
 

EN AVANT LA LIBERTÉ !

2002 _ Sous le mandat de la nouvelle directrice artistique d'Espace Libre, Anne-Marie Provencher, épaulée par sa directrice administrative Caroline Lussier, l'accueil se développe autour d'artistes émergents. Des spectacles déterminants pour des artistes de la relève ont pu y être créés : Les Apatrides du Théâtre INK, Les Cabarets CLIM des Trois Tristes Tigres, Le Diable en partage du Bunker... Des propositions audacieuses comme Le Testament du couturier du Théâtre La Catapulte ou Le Baiser de Corpuscule Danse ont été également diffusées. Les compagnies résidentes, quant à elles, ne sont pas en reste. Les nouveaux directeurs artistiques du NTE, Alexis Martin et Daniel Brière, font jouer avec succès Bureaux et Henri et Margaux, tandis qu'Omnibus continue son exploration formelle avec brio dans Le Silence et L'Intimité.

2006 _ Olivier Kemeid arrive à la direction artistique et Denys Caron à la direction administrative en 2007. La fréquentation des spectacles d’Espace Libre est alors en plein essor. Une volonté s’affermit, celle de bâtir une programmation qui n’a pas peur de confronter la réalité québécoise aux «remous du monde» : Moi, chien  créole, le premier spectacle de théâtre professionnel en créole au Québec est créé en 2007; Le pensionnat, en 2008, fait sa marque en traitant pour la première fois sur une scène montréalaise de la thématique des pensionnats pour autochtones et L’Énéide embrasse de plein fouet le sujet de l’émigration. Des compagnies importantes comme Momentum, TransThéâtre, L’Opsis, La Catapulte viennent créer à Espace Libre aux côtés de compagnies émergentes comme le Théâtre du Grand Jour, le Théâtre de la Pire Espèce, La Banquette arrière... Omnibus investit les lieux avec son Festival international de mime: le seul en Amérique!  Le NTE fait sensation avec sa pièce «médicale» Sacré Coeur et Hotel-Môtel présente L’Affiche qui obtiendra le prix de l’Association Québécoise des Critiques de Théâtre...

2010 _ Philippe Ducros, auteur, metteur en scène et directeur des Productions Hôtel-Motel, succède à Olivier Kemeid à la direction artistique d’Espace Libre. 

2011 _ Espace Libre inaugure officiellement un nouveau lieu de diffusion dans notre salle de répétition : le Studio Espace Libre pour des expérimentations plus pointues et des petites formes. Y sont présentés des spectacles comme, La Tétralogie de l’Impossible des Productions À Suivre, et Le chaperon est-il si rouge que ça ? de La Tourbière. Chaque saison, entre 12 et 16 spectacles se succèdent en nos murs. Toujours issues de démarches fortes, ces oeuvres ne laissent pas indifférents… Ressortent des dernières années les oeuvres comme Scalpée d’Anne-Marie Olivier, maintenant directrice artistique du Trident, ou encore celles du Bureau de l’APA, dont La jeune-fille et la mort, lauréat de plusieurs Cochons d’Or, et reprogrammé ensuite au FTA.

2014 _ La saison 2014-15, Trouver l’espoir, terminera le cycle entrepris par Philippe Ducros avec les saisons Résistance en 2011-2012, Que suis-je devenu ? en 2012-2013, Que sommes-nous devenus ?, 2013-2014. Ces quatre dernières années, Philippe Ducros aura donc présenté au public d'Espace Libre une quarantaine de spectacles en accueil, des propositions artistiques percutantes qui questionnent l’art théâtral, toujours porteuses d'une parole puissante, à l'image de la vision libératrice des fondateurs d’Espace Libre. 

_ Geoffrey Gaquère, comédien et metteur en scène montréalais succède à Philippe Ducros au mois d’aout 2014. La saison 2015-2016 est la première qu’il programme. Affirmation du mandat exploratoire et de l’esprit festif et baroque qui caractérisent la maison; paroles fortes et engagées, présence croissante d’artistes issus de la diversité culturelle et ouverture d’Espace Libre sur le quartier Centre-Sud avec la mise au monde d’un grand projet citoyen visant à faire de ce théâtre et de son quartier un territoire d’exploration pour des créateurs dont la démarche artistique s’articule autour d’une collaboration étroite avec le citoyen; tels sont les grands axes qui se dessinent aujourd’hui à l’aube des 40 ans de cette belle et grande maison qui est encore et toujours en phase avec son milieu et son temps. 

Près de trente ans après sa fondation, Espace Libre reste un poumon essentiel de la création théâtrale au Québec.

Espace Libre est membre du Conseil québécois du théâtre (CQT), de l'Association des diffuseurs spécialisés en théâtre (ADST), et de Voies culturelles des faubourgs.

Communautés