Kinshasa la belle

Kinshasa la belle

13oct. > 24oct.
Horaire et durée
Horaire:
Du mardi au samedi.
- Les mardis, mercredis, vendredis et samedis à 20h.
- Les jeudis à 19h.
* La représentation du jeudi 15 octobre sera suivie d'une discussion avec les créateurs.
* La représentation du jeudi 22 octobre sera suivie d'un entretien thématique avec Alain Deneault
Durée:
1h40 sans entracte

Une journaliste quitte son pays natal, le lieu de ses amours et de ses deuils, en quête d’un avenir meilleur. En plein Airbus, le vertige la surprend. A-t-elle bien fait  ? Elle plonge alors dans ses souvenirs et se remémore ce qu’elle quitte. Au fur et à mesure que se déroule cette soirée festive où se côtoient les odeurs, les vapeurs et la cacophonie du Congo, la nouvelle immigrante nous guide à travers les rues et les différents quartiers de cette mégapole qu’est Kinshasa, la quatrième ville la plus peuplée d’Afrique. Peu à peu, on y rencontre la faune de cette capitale si puissante, ses jeunes en pleine guerre vestimentaire, ses enfants des rues et ses enfants-soldats, ses chauffeurs de Kombi où s’entasse la population en quête de la pitance de la journée.

À mi-chemin entre une bouffe entre amis et une discussion géopolitique, cette visite guidée des souvenirs de l’héroïne sera entrecoupée d’échanges décontractés entre l’auteure, Bibish, et le metteur en scène, Philippe Ducros. Avec acuité et humour, ils évoqueront les frictions culturelles politiques et philosophiques qui tissent les relations entre l’Occident en général, le Canada en particulier, et un pays comme la République démocratique du Congo. 

Bibish de Kinshasa est l’adaptation pour la scène du roman Samantha à Kinshasa, de Marie-Louise Bibish Mumbu. Sachez que ce spectacle est issu d'une lecture publique présentée en 2014 par le Centre des auteurs dramatiques (CEAD) dans le cadre du festival Dramaturgies en dialogue.

Ce qu'on en dit 

«L’étrange objet expose en deux heures sa sociologie sensible, critique et humaine du Congo contemporain en passant par le chemin de l’exil, celui emprunté par Bibish, journaliste de son état, qui, après Paris, a posé ses valises à Montréal. Elle a également posé ses réflexions induites par ce départ salutaire dans un roman, Samantha à Kinshasa (Recto Verso) dont plusieurs fragments sont « joués » ici par la délicieuse Gisèle Kayembe.»
Fabien Deglise, Le Devoir

«Grâce à la bande sonore et surtout au talent de conteuse de Gisèle Kayembe, on s’y croirait, et on se ravit de l’enchaînement d’anecdotes colorées, qui nous plongent au cœur de ce pays immense, un monde si différent du nôtre. On entend presque les rires, et les éclats de voix; on sent presque la chaleur du soleil sur notre peau, l’odeur des pots d’échappement qui se mêle à celle de la chèvre grillée…»
— Aurélie Olivier, JEU

«La pièce offre à peu près le choc que l’on vit lorsqu’on voyage en pays étranger à ceci près qu’il est vécu dans le confort d’une salle de théâtre. Dépaysement et éducation civique. Un texte touffu interprété de façon fulgurante. À voir!»
— Info-culture